Substitution d'une l'hypothèque légale de la construction publiée | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires Conseil juridique
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Forfaits Consultation en ligne Vidéos Foire aux questions Blogue juridique
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Construction > Substitution d'une l'hypothèque légale de la construction publiée

Substitution d'une l'hypothèque légale de la construction publiée

L'hypothèque légale de la construction fournit, depuis toujours, aux personnes qui participent à la construction ou à la rénovation d'un immeuble des droits prioritaires à ceux des créanciers hypothécaires.

«Aux petits maux, les grands moyens»
L.O. Blier

L'hypothèque légale de la construction fournit, depuis toujours, aux personnes qui participent à la construction ou à la rénovation d'un immeuble des droits prioritaires à ceux des créanciers hypothécaires, droits qui peuvent d'ailleurs apparaître exorbitants.

Ainsi, un paysagiste, afin de garantir le paiement de factures totalisant un peu plus de 10 500 $, publie une hypothèque légale du même montant sur un immeuble dont la valeur dépasse un 1 000 000 $. Par la suite, il donne un préavis d'exercice du recours pour prise en paiement de l'immeuble en question.

Pour en savoir plus la déclaration de transmission suite à un décès.
Cliquez ici

Contrairement à la Cour supérieure, la Cour d'appel* conclut que le recours du paysagiste n'est pas abusif. Le législateur laisse le créancier « entièrement libre d'opter pour l'un ou l'autre des recours ouverts (...) et, en principe, les tribunaux n'ont pas à s'immiscer dans ce choix. »

De plus la Cour édicte qu'en substitution d'une l'hypothèque légale de la construction initialement publiée, le propriétaire peut offrir « une sûreté de la nature d'un cautionnement, telle une lettre de garantie bancaire. » Le dépôt, ordonné par la Cour supérieure, d'une somme au montant de 12 000 $ au greffe constitue-t-il une telle sûreté? La Cour répond :

  • qu'à la condition de suivre certaines règles, une somme déposée au greffe du tribunal en substitution d'une hypothèque légale « constitue une hypothèque mobilière avec dépossession en faveur du paysagiste »;
  • que même advenant la faillite du propriétaire, le paysagiste sera détenteur d'une hypothèque mobilière de premier rang;
  • que le gouvernement n'a jamais exercé son droit de compensation « sur les sommes déposées au greffe avec les sommes dues à l'État ».

Le tribunal ordonne donc au propriétaire de déposer au greffe, un montant de 15 000 $, soit l'équivalant de 145 % du capital réclamé et ce, pour garantir les intérêts, l'indemnité additionnelle et les frais de justice. L'application de la loi démontre souvent que l'importance des maux de tête n'a rien à voir avec la taille des problèmes ou des sommes en jeu.

* C.A. Montréal 500-09-019330-091

François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
L'union de fait n'est soumise à aucune obligation sauf si...
Me François Forget - 29 janvier 2004
L'union de fait n'est soumise à aucune obligation sauf si les parties scellent leurs obligations dans une...
Il incombe au syndicat de la copropriété de vérifier le bien fondé de la plainte de la part de copropriétaires
Me François Forget - 24 septembre 2010
Pendant le temps des Fêtes, où l'on souhaite souvent à son voisin bonheur et paix, conservez à l'esprit le...
Travailler, se reposer ou recevoir?
Me François Forget - 26 février 2020
La rapidité d'exécution, les changements technologiques et le stress entraînent souvent le syndrome de fatigue...

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier