L'utilité d'une clause d'arbitrage | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires Conseil juridique
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Forfaits Consultation en ligne Vidéos Foire aux questions Blogue juridique
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Médiation & arbitrage > L'utilité d'une clause d'arbitrage

L'utilité d'une clause d'arbitrage

Au Québec, s'il y a une clause d'arbitrage dans un contrat, les parties à un contrat doivent se conformer aux règles qui y sont établies.

«L'habituel défaut de l'homme est de ne pas prévoir l'orage par beau temps»
Nicolas Machiavel

Il arrive fréquemment que, lorsque des personnes s'associent et signent une convention unanime d'actionnaires, l'une d'entre elles, sous divers prétextes, refuse par la suite d'honorer la convention.

Deux beaux-frères détenant à parts égales les actions d'une compagnie, signent une convention unanime d'actionnaires. L'un d'eux, invalide suite à un accident, devient incapable d'assumer ses obligations à l'égard de la compagnie.

La convention unanime prévoit que tout actionnaire qui serait empêché de remplir ses fonctions pendant une période de deux ans pour cause de maladie, doit offrir irrévocablement la totalité de ses actions à son co-actionnaire.

Deux ans s'écoulent, « l'invalide » reçoit du « bien portant », une acceptation écrite de l'offre automatique prévue à la convention d'actionnaires. Refusant le prix proposé, « l'invalide » se prévaut de la clause d'arbitrage prévue à la convention. L'arbitre, tout en reconnaissant la validité de l'offre, fixe la valeur des actions à plus de quatre fois le prix offert par le « bien portant ». Ce dernier s'adresse à la Cour* et demande l'annulation de la vente. Le juge rejette les prétentions du « bien portant » puisqu' "accepter une telle demande équivaudrait à nier l'existence de la convention unanime d'actionnaires ainsi que la clause d'arbitrage visant à régler les différents".

Lorsqu'il y a une clause d'arbitrage, les parties ne devraient-elles pas se conformer aux règles qui y sont établies, la première étant de respecter le mandat de l'arbitre. Ainsi, les prétentions du « bien portant » ont été invalidées, l'« invalide » n'en est que mieux portant.

*C.S. 150-05-002774-018, 2002-02-06     

François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
Les biens possédés par un des conjoints avant le mariage
Me François Forget - 23 août 2005
Lorsqu'un conjoint achète un bien à même le produit de la vente d'un bien qu'il possédait avant le mariage, il se...
Avant de donner des réponses favorables sur la solvabilité d'un client?
Me François Forget - 19 février 2013
« Il y a des choses que l'on peut dire aux autres, et d'autres qu'on ne peut dire qu'à soi-même.»
Tout est une question de « timing », même le divorce
Me François Forget - 15 mai 2019
Qu'arrive-t-il du patrimoine familial lorsqu'on divorce et fait faillite dans la même période? Lors d'un...

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier