L'importance de dénoncer un vice caché au vendeur dès que possible | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires Conseil juridique
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Forfaits Consultation en ligne Vidéos Foire aux questions Blogue juridique
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Immobilier > L'importance de dénoncer un vice caché au vendeur dès que possible

L'importance de dénoncer un vice caché au vendeur dès que possible

En présence d'un vice caché, il y a toujours lieu, avant d'entreprendre les travaux, de le dénoncer au vendeur dans un délai raisonnable.

«Il faut toujours donner une chance au coureur.»

Acheter un immeuble avec garantie légale procure certains droits, mais encore faut-il les exercer en respectant les règles édictées par le Code civil du Québec.

Un assureur, subrogé aux droits de ses assurés, intente des procédures contre les vendeurs de ses assurés qui ont été indemnisés suite à une perte de plus de 165 000 $.

Rappelons les faits :

  • mai 2008, l'immeuble est acheté;
  • novembre 2008, l'immeuble est endommagé suite à un incendie;
  • février 2009, les travaux de rénovation sont terminés;
  • mai 2009, l'assureur, agissant aux droits de ses assurés et alléguant la garantie légale pour vice-caché, met en demeure les vendeurs des assurés de lui rembourser les indemnités versées;
  • février 2011, l'assureur, invoquant la garantie légale, s'adresse à la Cour* et engage des procédures contre les vendeurs des assurés.

Après avoir statué que l'assureur n'a pas plus de droit que ses assurés, le tribunal déclare que l'assureur, comme tout acquéreur (assuré) qui découvre un vice caché, se doit de donner un préavis au vendeur avant même de procéder aux réparations. Un tel préavis permet à ce dernier d'évaluer non seulement le montant des travaux à effectuer, mais également l'origine de la perte. Le tribunal rejette donc la demande de l'assureur puisqu'aucun préavis n'a été donné aux vendeurs avant que les travaux ne soient entrepris.

En présence d'un vice caché, pourquoi courir le risque de perdre son recours contre son vendeur? Il y a toujours lieu, avant d'entreprendre les travaux, de le dénoncer au vendeur dans un délai raisonnable, sauf si l'immeuble « est menacé d'un dépérissement immédiat ».

*CA 500-09-022916-126

François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
La solution du bon sens est la dernière à laquelle songent les spécialistes
Me François Forget - 27 août 2014
Lors d'une vente d'immeuble, le rapport d'inspection peut soulever des déficiences qui peuvent être considérées...
La fiducie testamentaire un véhicule juridique utilitaire
Me François Forget - 22 octobre 2014
Le Code civil du Québec oblige la nomination d'au moins un fiduciaire, non bénéficiaire et indépendant.
Les conditions stipulées en faveur de l'acheteur dans la promesse d'achat d'immeuble
Me François Forget - 8 novembre 2017
Il est usuel qu'une promesse d'achat d'immeuble soit assujettie à certaines conditions stipulées en faveur de...

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier