Police d'assurance multi-risques | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Forfaits Consultation en ligne Vidéos Foire aux questions Blogue juridique
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Immobilier > Ne devrait-on pas lire l'étendue de la couverture de la police d'assurance?

Ne devrait-on pas lire l'étendue de la couverture de la police d'assurance?

Lorsque l'on s'assure ne devrait-on pas lire l'étendue de la couverture de la police d'assurance? Il est plus facile d'écrire tout ce que l'on dit que d'écrire tout ce que l'on veut dire.

«L'on se doit de penser tout ce que l'on dit mais pas nécessairement dire tout ce que l'on pense»

Rares sont ceux qui lisent attentivement leur police d'assurance lorsqu'ils en reçoivent copie. Un assuré qui l'avait lue et comprise, a dû porter sa cause jusqu'en Cour d'appel pour se le faire confirmer.

Un assuré couvert jusqu'à concurrence de 30 000$ par une police d'assurance multi-risques et s'étant fait cambrioler, réclame dans les jours qui suivent une indemnisation à son assureur. Ce dernier refuse sous prétexte que la police d'assurance ne couvre pas les biens volés, soit: une collection de timbres, de pièces de monnaie et d'autres biens consistant en "une collection de cartes de hockey, d'autographes et autres objets souvenirs ayant trait à différents sports."

Dans un premier temps, le juge de la Cour supérieure donne raison à l'assureur et conclut que la police d'assurance ne couvre que les meubles "que l'on trouve de façon habituelle dans une maison d'habitation" et exclut du fait même la collection de cartes de hockey et les autographes. L'assureur se voit donc contraint à verser seulement la somme de 350$ à l'assuré.

Dans un second temps, le juge Jacques Delisle de la Cour d'appel, conclut que les exclusions inscrites dans la police d'assurance ne comprennent pas les collections de cartes de hockey et d'autographes. La rédaction de la police d'assurance permet donc d'affirmer que les collections en question sont couvertes par la locution " meubles qui sont habituels à une habitation ". L'appel est donc accueilli et l'assureur se voit contraint de verser une somme additionnelle de 28 635$ à l'assuré.

Lorsque l'on s'assure ne devrait-on pas lire l'étendue de la couverture de la police d'assurance? Il est plus facile d'écrire tout ce que l'on dit que d'écrire tout ce que l'on veut dire.

* C.A. 500-09-004413-977, 2000-02-11

François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
Quand l'acheteur d'un immeuble peut-il demander une diminution de prix au lieu de requérir l'annulation de la vente?
Me François Forget - 22 février 2010
L'achat d'une maison est souvent source de surprises et les mauvaises sont connues dans le jargon juridique sous...
L'Amour sans frontière
Me François Forget - 1 juillet 2015
En vertu du Code civil du Québec, « le régime matrimonial des conjoints qui se sont unis sans passer de...
Les sommes déposées en fidéicommis appartiennent à qui?
Me François Forget - 20 novembre 2010
Un compte en fidéicommis peut parfois être le refuge d'un bien à la recherche d'un maître.

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier