Avant de donner des réponses favorables sur la solvabilité d'un client? | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires Forfaits & Abonnements
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Foire aux questions juridiques Blogue juridique Vidéos
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Compagnie > Avant de donner des réponses favorables sur la solvabilité d'un client?

Avant de donner des réponses favorables sur la solvabilité d'un client?

« Il y a des choses que l'on peut dire aux autres, et d'autres qu'on ne peut dire qu'à soi-même.»

«Bien que nos renseignements soient faux, nous ne vous les garantissons pas.»
Alphonse Allais

Il arrive fréquemment qu'un investisseur ou un industriel quelque peu préoccupé par la santé financière d'un partenaire d'affaires s'adresse à l'institution financière de ce dernier afin d'obtenir des renseignements.

Ainsi une société retient les services d'un entrepreneur pour la conception de plans et la construction d'un édifice jusqu'à son parachèvement. L'entrepreneur jouissait alors d'une réputation des plus enviables et doublait ses ventes d'année en année. Soutenu par sa banque malgré des problèmes de liquidités, l'entrepreneur débute les travaux.

Plus de 60% des travaux étant réalisé, le contrôleur de la société doute de la santé financière de l'entrepreneur. Il téléphone donc au directeur de la banque, lequel rassure le contrôleur et lui confirme que la marge de crédit de l'entrepreneur n'est utilisée qu'à hauteur de 10%. Suite à ces renseignements, la société émet le chèque à l'entrepreneur. Dix jours s'écoulent. Aucun sous-traitant n'est payé et l'entrepreneur déclare faillite.

La société, s'estimant lésée par les agissements de la banque, engage des actions* contre cette dernière. La preuve démontre que la rentabilité de l'entrepreneur était en sérieuse perte de vitesse et que le directeur de la banque devait le savoir lors de la conversation téléphonique avec le contrôleur. S'il ne le savait pas, c'est qu'il ne comprenait pas la nature des renseignements fournis et que, dès lors, il ne pouvait répondre. S'il les comprenait, il ne pouvait répondre comme il l'a fait.

La banque est donc condamnée à rembourser plus de 800 000$ à la société. Si le directeur avait lu Paul Valéry, il aurait su qu'« Il y a des choses que l'on peut dire aux autres, et d'autres qu'on ne peut dire qu'à soi-même.»

 *C.S. 500-05-011676-895

François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
Le consentement à une clause d'arbitrage
Me François Forget - 29 décembre 2011
Les entrepreneurs auraient avantage à bien lire les contrats qu'on leur propose et à bien en comprendre les...
Les clauses de non-concurrence et de non-sollicitation doivent être limitées
Me François Forget - 1 mai 2011
La rédaction d'une clause de non-concurrence et de non-sollicitation se doit d'être taillée sur mesure selon...
La solution du bon sens est la dernière à laquelle songent les spécialistes
Me François Forget - 27 août 2014
Lors d'une vente d'immeuble, le rapport d'inspection peut soulever des déficiences qui peuvent être considérées...

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier