Lors de l'acquisition d'une résidence, pourquoi limiter son inspection à l'immeuble? | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires Conseil juridique
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Forfaits Consultation en ligne Vidéos Foire aux questions Blogue juridique
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Immobilier > Lors de l'acquisition d'une résidence, pourquoi limiter son inspection à l'immeuble?

Lors de l'acquisition d'une résidence, pourquoi limiter son inspection à l'immeuble?

Lors de l'acquisition d'une résidence, pourquoi limiter son inspection à l'immeuble? Pourquoi ne pas pousser sa vérification et s'informer du voisinage?

Laissez-moi vous raconter les mésaventures des acquéreurs avec leurs nouveaux voisins dans les mois ayant suivi leur achat.  Les acquéreurs avisent poliment leurs voisins de ne pas souffler la neige sur leur terrain ou à proximité des fenêtres de leur sous-sol. Ils leur demandent aussi, aimablement, de ne pas couper la vigne grimpante sur la clôture de leur propre terrain.

Suite à ces incidents, le procureur des acquéreurs met en demeure les voisins de garder la paix. L'avocat de ces derniers rétorque et demande une somme de 10 000 $ en dommages et intérêts.

Par la suite, l'un des voisins, lors de ses trois heures de lavage hebdomadaire de ses véhicules avec une bruyante pompe de 1400 livres de pression, arrose « accidentellement » l'un des acquéreurs, et ce, à trois reprises.  De plus, un ami en visite chez les voisins stationne son camion devant le terrain des acquéreurs.  L'ami pousse l'audace de faire le ménage de sa remorque et sort différents items qu'il dépose volontairement sur le gazon fraîchement ensemencé. La situation s'envenime et les acquéreurs font intervenir les policiers.

Suite à ces événements, les voisins s'adressent à la Cour*, poursuivent les acquéreurs en dommages et intérêts et demandent une injonction permanente à l'encontre des acquéreurs. Le tribunal rappelle que le Code civil édicte que les voisins doivent accepter les inconvénients normaux du voisinage qui n'excèdent pas la limite de la tolérance.  La Cour conclut que les voisins sont les principaux responsables de la dégradation des relations avec les acquéreurs. Les voisins se voient donc condamnés à indemniser les acquéreurs pour dommages au montant de 4 000 $, puisque ces derniers ont été privés de la jouissance paisible de leur propriété qu'ils ont d'ailleurs décidée de mettre en vente.

Devant un tel vaudeville, je ne peux que vous citer un proverbe arabe : n'achète pas ta maison avant d'avoir acheté le voisin.

 

*CS 505-17-004965-101

François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
Une oeuvre protégée par la Loi sur le droit d'auteur
Me François Forget - 23 septembre 2004
L'existence d'un droit d'auteur, c'est purement une question de fait. Il ne suffit pas d'avoir l'idée, il faut en...
L'Amour sans frontière
Me François Forget - 1 juillet 2015
En vertu du Code civil du Québec, « le régime matrimonial des conjoints qui se sont unis sans passer de...
Tout est une question de « timing », même le divorce
Me François Forget - 15 mai 2019
Qu'arrive-t-il du patrimoine familial lorsqu'on divorce et fait faillite dans la même période? Lors d'un...

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier