Rechercher l'intention des parties lors de la signature d'un contrat | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires Conseil juridique
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Forfaits Consultation en ligne Vidéos Foire aux questions Blogue juridique
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Compagnie > Un contrat c'est comme une sauce, il faut bien doser les ingrédients !

Un contrat c'est comme une sauce, il faut bien doser les ingrédients !

Lorsqu'il subsiste un doute, un contrat s'interprète en faveur de celui qui a contracté l'obligation.

Plusieurs entreprises adoptent comme ligne de conduite que les contrats qu'elles signent soient cogités, préparés et assaisonnés par leurs conseillers.

Ainsi, une compagnie ayant un urgent besoin de capitaux, est sollicitée par un centre d'incubation d'entreprises afin de l'assister dans sa quête de fonds et ce, en contrepartie de certaines redevances calculées selon un pourcentage du chiffre d'affaires. Après quelques mois, la compagnie sur le bord de la faillite et n'ayant pu obtenir le financement désiré, choisit de vendre la totalité de ses actifs. L'acquéreur n'assume aucun des engagements que la compagnie a contractés envers le centre d'incubation et déclare peu après faillite. Le centre poursuit la compagnie ainsi que ses administrateurs pour bris de contrat.

Pour en savoir plus sur la réclamation en vertu d'une police d'assurance ou d'un régime de retraite.
Cliquez ici

La Cour d'appel* déboute le centre d'incubation puisque ses demandes ne concordent pas avec l'intention des parties lors de la signature du contrat. Lorsqu'il subsiste un doute, un contrat s'interprète en faveur de celui qui a contracté l'obligation, d'autant plus si le contrat a été préparé exclusivement par une partie, puisque la doctrine, en cas de doute, l'interprète en faveur de l'autre partie.

Il est sans doute hasardeux de vouloir mijoter ses contrats selon une recette stricte sans tenir compte de la compréhension de l'autre partie. Un juge pourrait y ajouter un ingrédient qui lui donnera peut-être une saveur aigre-douce.

*C.A. 500-09-001088-954, 1998-12-07

François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
Le testament et capacité de tester
Me François Forget - 25 novembre 2004
Le fardeau de prouver l'incapacité de contracter ou de tester incombe à celui qui demande la nullité de l'acte.
Les obligations entre le locataire et locateur sont d'abord régies par le bail commercial
Me François Forget - 29 novembre 2007
Le bail commercial est souvent considéré, à juste titre d'ailleurs, comme un document long, fastidieux, lancinant...
La fiducie, un véhicule utilitaire...
Me François Forget - 28 mai 2013
La fiducie de protection d'actifs tant pour les individus que pour les créanciers, est un véhicule utilitaire...

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier