La vente d'une maison intergénérationnelle de plus d'un logement est-elle taxable? | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires Conseil juridique
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Forfaits Consultation en ligne Vidéos Foire aux questions Blogue juridique
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Immobilier > La vente d'une maison intergénérationnelle de plus d'un logement est-elle taxable?

La vente d'une maison intergénérationnelle de plus d'un logement est-elle taxable?

La vente d'une maison intergénérationnelle est-elle taxable dans la mesure où on y compte plus d'un logement ?

«Puisque l'impôt à une assiette, pourquoi mange-t-il toujours dans la nôtre»
Pierre Veron

Les maisons intergénérationnelles sont de plus en plus populaires et, dans la mesure où on y compte plus d'un logement, leur revente est-elle imposable?

Un couple acquiert dans un seul acte de vente, deux bungalows semi-détachés construits sur un lot unique. Il y emménage avec ses deux enfants. Une ouverture entre les deux bungalows permet aux membres de la famille d'y accéder sans être contraints de passer par l'extérieur. Six ans s'écoulent. Le couple subdivise en deux lots et vend les bungalows séparément. L'agence du Revenu du Québec, considérant que la résidence comporte deux unités de logements distinctes, cotise le couple pour plus de 29 000$. Ce dernier s'adresse à la Cour* et prétend qu'il est exempté de gain en capital puisqu'il s'agissait de sa résidence principale. Le couple fonde ses prétentions à l'effet :

  • que le logement n'a jamais été offert en location;
  • que l'ensemble de la maison a été utilisée à des fins familiales;
  • qu'il n'y a qu'un seul compte de taxes;
  • qu'une seule police d'assurance habitation a été émise pour les deux unités.

Le tribunal, en réponse aux arguments des parties, fonde sa décision à l'effet que:

  • tout contribuable est exempté du gain de capital pour résidence principale;
  • l'existence de deux adresses n'exclut pas la notion de résidence principale;
  • la loi de l'impôt, bien qu'elle ne définisse pas la maison intergénérationnelle, la considère dans un bulletin d'interprétation comme un seul logement, à condition qu'il n'existe aucun accès restreint entre les deux espaces d'habitation;
  • la résidence peut être vendue en deux contrats même si elle a été acquise en un seul contrat;
  • rien ne s'oppose à ce que l'immeuble ait plus d'une cuisine car il pourrait y loger un domestique.

La Cour donne raison aux contribuables car, malgré l'existence de certains faits, ils ont réussi à démontrer leurs droits. Comme disait Flaute, « les faits parlent d'eux-mêmes ».

*CA 700-80-005176-117

François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
L'Amour sans frontière
Me François Forget - 1 juillet 2015
En vertu du Code civil du Québec, « le régime matrimonial des conjoints qui se sont unis sans passer de...
Est-ce que l'encaissement d'un chèque constitue un paiement final ?
Me François Forget - 28 avril 2004
Si un débiteur signifie à son créancier que la remise constitue un paiement final, ce dernier doit faire connaître...
Les délais stipulés dans une offre d'achat sont-ils de rigueurs ?
Me François Forget - 21 décembre 2005
Le délai stipulé dans une offre d'achat acceptée n'est pas de rigueur sauf si les parties l'ont conclu ainsi.

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier