La rédaction d'un bail commercial et les odeurs nauséabondes au sous-sol | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires Forfaits
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Foire aux questions juridiques Blogue juridique Vidéos
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Bail commercial > La rédaction d'un bail commercial et les odeurs nauséabondes au sous-sol

La rédaction d'un bail commercial et les odeurs nauséabondes au sous-sol

Même si les lois sont parfois très permissives, il faut se souvenir que les tribunaux veillent à ce que les ententes reflètent la volonté des parties. L'une d'entre elles peut bien vouloir faire croire ou écrire n'importe quoi ou presque, mais gare à elle, la Cour n'est pas n'importe qui.

«À mon sens, écrire et communiquer, c'est être capable de faire croire n'importe quoi à n'importe qui.»
J .-M. G. Le Clézio

La rédaction de certains documents demeure un domaine de prédilection pour quelques juristes car ils peuvent tout à loisir y étaler leur savoir-faire.

Un Locataire, après avoir signé un bail de type net net pour un local destiné à abriter un commerce de téléphonie, aménage les lieux à ses frais. Quelques années plus tard, le Locataire dénonce au Locateur un problème d'odeurs nauséabondes au sous-sol. Le Locateur mandate alors une firme spécialisée qui effectue des travaux aux systèmes de ventilation et de climatisation.

Le Locataire, insatisfait, demande une expertise quant à la qualité de l'air. L'expert conclut que « la présence, dans l'entre plancher du sous-sol, de rongeurs, d'insectes et d'autres types de vermines » comporte des risques pour la santé des employés du Locataire. Le Locataire relocalise ses employés et retient le loyer correspondant à l'espace loué dans le sous-sol. Le Locateur s'adresse à la Cour* et réclame les loyers impayés.

Le tribunal, dans son analyse, mentionne que l'obligation de procurer la jouissance paisible des lieux tient de l'essence même du contrat de louage. Le Locataire d'un bail commercial peut néanmoins y renoncer parce que les dispositions du Code civil, à cet égard, ne sont pas d'ordre public. La Cour d'appel rejette les prétentions du Locateur. En effet, les clauses invoquées par ce dernier démontraient que le bail réduit au minimum les obligations du Locateur et que celles du Locataire sont de loin plus importantes, mais le Locataire n'avait pas expressément renoncé à son droit à la jouissance paisible des lieux.

Même si les lois sont parfois très permissives, il faut se souvenir que les tribunaux veillent à ce que les ententes reflètent la volonté des parties. L'une d'entre elles peut bien vouloir faire croire ou écrire n'importe quoi ou presque, mais gare à elle, la Cour n'est pas n'importe qui.

*C.A. 200-09-006720-095
François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
Il incombe au syndicat de la copropriété de vérifier le bien fondé de la plainte de la part de copropriétaires
Me François Forget - 24 septembre 2010
Pendant le temps des Fêtes, où l'on souhaite souvent à son voisin bonheur et paix, conservez à l'esprit le...
La solution du bon sens est la dernière à laquelle songent les spécialistes
Me François Forget - 27 août 2014
Lors d'une vente d'immeuble, le rapport d'inspection peut soulever des déficiences qui peuvent être considérées...
Tout est une question de « timing », même le divorce
Me François Forget - 15 mai 2019
Qu'arrive-t-il du patrimoine familial lorsqu'on divorce et fait faillite dans la même période? Lors d'un...

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier