L'expectative raisonnable de profit | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires Conseil juridique
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Forfaits Consultation en ligne Vidéos Foire aux questions Blogue juridique
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Compagnie > L'expectative raisonnable de profit

L'expectative raisonnable de profit

Une activité exercée dans le but de réaliser un profit et ne comportant aucun aspect personnel ou récréatif est une activité commerciale et que la recherche d'un profit par un contribuable est établie.

«Dans ce monde, il n'y a rien d'assuré que la mort et les impôts»
Benjamin Franklin

La jurisprudence aide à élaborer des critères, des définitions et des outils pour interpréter les lois, encore faut-il s'en servir à bon escient.

Un contribuable avait acquis plusieurs unités de « condos » avec un fort degré d'endettement. Selon les projections anticipées, le contribuable prévoyait rembourser la dette sur dix ans avec les revenus et les déductions d'impôts sur le revenu prévus pour la même période et ce, malgré un « cash flow » négatif. Les résultats s'étant révélés pires que ceux prévus, le contribuable a demandé pour trois années d'imposition la déduction des pertes découlant principalement des frais d'intérêts payés sur les sommes empruntées pour l'achat des condos.

Le contribuable, après avoir été cotisé, s'adresse à la Cour*, laquelle conclut qu'une activité exercée dans le but de réaliser un profit et ne comportant aucun aspect personnel ou récréatif est une activité commerciale et que la recherche d'un profit par le contribuable est établie. Dans de telles circonstances, « l'expectative raisonnable de profit » ne doit pas être le critère applicable pour déterminer si les activités du contribuable constituent une source de revenu. En se limitant à ce seul critère, le contribuable ne pourrait reporter ses pertes sur un revenu futur si l'activité devenait rentable. La Cour donne raison au contribuable et rappelle qu'une motivation d'ordre fiscal n'enlève rien à la validité d'opérations effectuées à des fins fiscales.

Dans certaines circonstances, n'aurait-il pas lieu de se remémorer ce qu'écrivait Tibère: « le bon pasteur doit tondre les brebis et non les écorcher ».

* Cour suprême du Canada 46-27860

François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
Délai pour la dénonciation d'un vice caché au vendeur
Me François Forget - 30 janvier 2009
Un vendeur est toujours sujet à des poursuites pour vices cachés, sauf dans les cas où l'immeuble est vendu sans...
Les conditions stipulées en faveur de l'acheteur dans la promesse d'achat d'immeuble
Me François Forget - 8 novembre 2017
Il est usuel qu'une promesse d'achat d'immeuble soit assujettie à certaines conditions stipulées en faveur de...
Homologation du mandat en cas d'inaptitude ou ouverture d'un régime de protection
Me François Forget - 18 décembre 2014
Dans l'intérêt d'une personne inapte la Cour supérieure peut toujours procéder à l'ouverture d'un régime de...

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier