Utilité d'une marque de commerce | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Forfaits Consultation en ligne Vidéos Foire aux questions Blogue juridique
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Propriété intellectuelle > Votre inconscient conscient a-t-il déjà été confus?

Votre inconscient conscient a-t-il déjà été confus?

Utilité d'une marque de commerce

L'achalandage que procure souvent le nom d'une entreprise devient par le fait même un actif des plus importants pour cette dernière. On n'a qu'à penser à McDonald's ou à tout autre nom qui pourrait nous venir à l'esprit aussi facilement.

Ainsi, une boulangerie ayant déposé une demande d'enregistrement d'une marque de commerce sous le nom de "NEW YORK NEW YORK", reçoit un certificat d'enregistrement conforme aux dispositions de la loi.

Un peu plus tard, une boulangerie concurrente commercialise un produit dont l'emballage comporte un logo qui représente un globe terrestre bordé tant en haut qu'en bas du mot "NEW YORK", si bien que l'oeil remarque immédiatement les mots "NEW YORK NEW YORK".

La boulangerie détentrice du certificat d'enregistrement s'adresse à la Cour Supérieure* pour empêcher son concurrent d'utiliser sa marque de commerce. Le concurrent décide alors de ne pas commercialiser son produit avec le logo "NEW YORK NEW YORK", mais le remplace par le logo "NEW-YORKAIS NEW YORK". Le tribunal en vient à la conclusion que l'emballage est "susceptible de créer une confusion chez un consommateur moyen qui n'est pas sur ses gardes, idée exprimée en anglais par les mots « incautious or unwary purchaser ». Le juge Pierre J. Dalphond ordonne donc au concurrent ainsi qu'à ses administrateurs de ne plus utiliser la marque de commerce "NEW YORK NEW YORK" ou toute autre combinaison de mots pouvant prêter à confusion.

Une marque de commerce sert à protéger les entreprises contre certaines personnes qui, consciemment, profitent de la confusion pour s'approprier un marché regorgeant de consommateurs inconscients conscients.

*C.S. 500-05-0534479-992, 2000-01-27

François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
« Amour, amour, quand tu nous tiens, on peut dire : adieu prudence. » Lafontaine
Me François Forget - 29 janvier 2004
L'utilité des conventions entre conjoints de fait.
Ayez de l'assurance et soyez-en fier!
Me François Forget - 31 mai 2006
C'est lors de la signature de la convention de vente que normalement le transfert de propriété s'effectue et ce...
« On a souvent tort par la façon que l'on a d'avoir raison » Mme Necker
Me François Forget - 29 mars 2013
Ainsi, même si l'on a certains torts, l'on a parfois raison et même si l'on a raison, l'on a parfois tort.

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier