« Une promesse faite est une dette à payer » | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Forfaits Consultation en ligne Vidéos Foire aux questions Blogue juridique
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Bail commercial > « Une promesse faite est une dette à payer » Proverbe africain

« Une promesse faite est une dette à payer » Proverbe africain

Il convient de se rappeler qu'une lettre d'intention équivaut à une promesse et qu'une promesse faite est une dette à payer.

La signature d'un bail commercial est fréquemment précédée d'une lettre d'intention de location signée par les deux parties. Cette lettre équivaut-elle à une promesse de bail?

Ainsi, un locataire, suite à plusieurs projets de lettre d'intention, transmet finalement au propriétaire une version définitive dûment signée. Cette dernière version, contresignée par le propriétaire, contient une clause à l'effet que le bail sera préparé par ce dernier et comprendra les informations contenues à la lettre l'intention. Dès la signature, le propriétaire entreprend d'importants travaux, selon les volontés manifestées par le locataire. Entretemps, suite à un accord entre les représentants des parties quant à la teneur du bail, le propriétaire exige que le locataire prenne possession des lieux et signe la version finale dudit bail. Ce dernier, prétextant ne pas avoir obtenu son financement, demande le report de la signature du bail.

Le propriétaire s'adresse à la Cour* et réclame au locataire des dommages et intérêts. Le tribunal conclut que la lettre d'intention signée par les parties est une promesse de contracter selon le Code civil du Québec et que la commune intention des parties était de s'engager formellement à signer un bail. Le locataire se voit condamné à payer au propriétaire la somme de 729 000 $ pour la perte de loyer et le coût des améliorations effectuées par ce dernier.

Il convient de se rappeler qu'une lettre d'intention équivaut à une promesse et qu'une promesse faite est une dette à payer.

François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
L'Amour sans frontière
Me François Forget - 1 juillet 2015
En vertu du Code civil du Québec, « le régime matrimonial des conjoints qui se sont unis sans passer de...
« Celui qui subit une perte par sa négligence n'est pas considéré comme ayant subi un dommage » Proverbe latin médiéval
Me François Forget - 1 juillet 2012
Une caution doit être libérée de ses obligations, si lors de la réalisation des biens en garantis, un...
« Qui s'y frotte, s'y pique » Devise de Louis XI
Me François Forget - 21 mai 2010
Tout assureur qui élabore un produit se doit de bien connaître la jurisprudence et le Code civil, à défaut de...

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier