« Qui veut choisir souvent prend le pire » <i>Mathurin Régnier</i> | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Forfaits Consultation en ligne Vidéos Foire aux questions Blogue juridique
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Protection du patrimoine > « Qui veut choisir souvent prend le pire » Mathurin Régnier

« Qui veut choisir souvent prend le pire » Mathurin Régnier

Si l'on désigne spécifiquement un bénéficiaire auprès de l'assureur ou dans un testament, le produit de la police revient de plein droit audit bénéficiaire.

La désignation d'un bénéficiaire d'une assurance-vie ou d'un REER doit-elle se faire lors de la souscription du contrat, de la rédaction du testament ou doit-on simplement le nommer à titre d'héritier?

Ainsi, une mère après avoir désigné spécifiquement ses deux filles, Sylvie et Andrée, bénéficiaires de son REER (175 000 $), le convertit en FEER mais ne désigne aucun bénéficiaire. Suite à une dispute avec Sylvie, la mère coupe toute relation avec elle mais garde une bonne relation avec les enfants de cette dernière. Cinq ans s'écoulent, la mère rédige à nouveau son testament, désigne comme liquidatrice, sa fille préférée, Andrée et lui lègue l'universalité de ses biens à charge de remettre son FEER à ses petits-enfants, soit les trois enfants de Sylvie et l'enfant d'Andrée.

Suite au décès de la mère, une mésentente quant à l'interprétation du testament est soulevée par Andrée qui s'adresse à la Cour* au motif que le FEER doit lui être dévolu ainsi qu'à sa soeur Sylvie, à titre de bénéficiaires désignées. Andrée prétend que la désignation a « été reconduite automatiquement » en l'absence de désignation aux formulaires d'adhésion du FEER et que la désignation apparaissant au REER « continue à produire ses effets ».

Le tribunal rejette les prétentions d'Andrée considérant que le testament « a opéré un changement de bénéficiaire » et a constitué « un legs à titre particulier » en faveur des petits-enfants et que l'intention de la mère, à l'effet de léguer ses FEER à ses petits-enfants, est claire. Le tribunal ordonne donc que le produit du FEER soit versé à la succession, à charge de le remettre aux petits-enfants, sujet à ce que tous les créanciers de la succession, dont la créance est prioritaire, soient payés.

Rappelons que le legs d'un produit d'une assurance-vie ou d'un REER est inclus dans le patrimoine d'une succession. Par contre s'il y a désignation spécifique d'un bénéficiaire auprès de l'assureur ou dans le testament le produit revient de plein droit audit bénéficiaire.

*CA 500-09-022733-125

François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
« Une relation amoureuse n'a pas de prix, jusqu'à ce qu'un conflit survienne » Confucius
Me François Forget - 8 février 2017
Si la mise de fonds des conjoints diffère lors de l'achat d'un immeuble, voici une histoire démontrant...
« Quand on fait trop le grand, on paraît bien petit » Philippe Néricault
Me François Forget - 17 octobre 2018
Plusieurs acheteurs d'unités de copropriété neuves signent leur promesse d'achat sur plans. Ils apprennent chez le...
«Un tien vaut, ce dit-on, mieux que deux tu l'auras : l'un est sûr, l'autre ne l'est pas.» Jean de La Fontaine
Me François Forget - 28 novembre 2009
Dans une convention intervenue lors d'un divorce, si des sommes doivent être versées sur une certaine période de...

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier