Clause d'arbitrage | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Forfaits Consultation en ligne Vidéos Foire aux questions Blogue juridique
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Médiation & arbitrage > « Ce ne sont pas les mauvaises herbes qui étouffent le bon grain, c'est la négligence du cultivateur » Proverbe chinois

« Ce ne sont pas les mauvaises herbes qui étouffent le bon grain, c'est la négligence du cultivateur » Proverbe chinois

Les entrepreneurs auraient avantage à bien lire les contrats qu'on leur propose et à bien en comprendre les implications avant d'y apposer leur signature ou encore de les accepter tacitement par leur comportement répété.

De nos jours, les nouvelles façons de transiger et la vitesse à laquelle se déroulent les transactions obligent les entrepreneurs à être extrêmement vigilants. Ainsi, un distributeur québécois de produits de PVC faisant face à une poursuite de l'un de ses clients pour déficience d'un produit, appelle en garantie le fabricant de ce produit, une société américaine. Cette dernière invoque la clause compromissoire (arbitrage) qui se trouve à l'endos de chaque facture et demande à la Cour* de rejeter les prétentions du distributeur.

Pour en savoir plus sur la rédaction d'une convention d'entiercement des codes sources.
Cliquez ici

Le tribunal constate que fabricant et distributeur sont en relations d'affaires depuis plus de dix ans et que plus de 3500 ventes sont intervenues depuis. Le distributeur ne peut prétendre ignorer qu'une clause d'arbitrage régit les relations juridiques entre les deux parties. « Aucun formalisme particulier n'est requis pour établir l'existence d'un consentement à une clause compromissoire [arbitrage] par rapport à un autre type de contrat ». Ainsi, le fabricant ne peut être appelé en garantie devant les tribunaux puisque les deux parties sont soumises à une clause d'arbitrage. Le juge conseille donc qu'« en cette période de mondialisation des marchés et de contrats transnationaux conclus à distance, à la suite d'un appel téléphonique ou même d'un courriel [?], les entrepreneurs québécois auraient avantage à bien lire les contrats qu'on leur propose et à bien en comprendre les implications avant d'y apposer leur signature ou encore de les accepter tacitement par leur comportement répété ».

Tout entrepreneur doit savoir cultiver ses relations avec ses clients et fournisseurs, car « petite négligence accouche souvent d'un grand mal ». Les entrepreneurs devraient acquérir l'habitude de faire un sarclage contractuel régulier, tant autour des cultures locales que des plantes plus exotiques.

*C.A. 500-09-016734-063

François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
« Être ou ne pas être » Shakespeare
Me François Forget - 24 avril 2010
Être totalement inapte ou ne pas être totalement inapte, voilà la question qui se posera désormais à ceux qui...
« Les dinosaures sont disparus faute d'adaptation ».
Me François Forget - 25 juin 2007
La Cour confirme la validité de l'hypothèque légale de la construction du sous-entrepreneur puisque « les termes...
« L'on se doit de penser tout ce que l'on dit mais pas nécessairement dire tout ce que l'on pense »
Me François Forget - 24 juin 2004
Lorsque l'on s'assure ne devrait-on pas lire l'étendue de la couverture de la police d'assurance? Il est plus...

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier