Partage du patrimoine familial | ScriptaLegal
Droit des particuliers Droit des affaires
English À propos de nous Inscrivez-vous Vous êtes déjà inscrit
Guides juridiques interactifs Forfaits Consultation en ligne Vidéos Foire aux questions Blogue juridique
DOCUMENTS JURIDIQUES EN LIGNE
Blogue juridique > Mariage > « Le tout ne vaut pas la moitié » Flavien

« Le tout ne vaut pas la moitié » Flavien

Comme le disait un proverbe chinois : « Le divorce et le partage du patrimoine familial est un poignard à deux lames, il faut se blesser d'un côté pour l'enfoncer de l'autre ».

Mise à part la garde des enfants, le partage du patrimoine familial (qui inclut entre autres, les REER et les résidences de la famille) demeure le sujet de prédilection pour susciter la discorde lors du règlement d'un divorce.

Le Code civil du Québec stipule que la valeur nette du patrimoine familial s'établit normalement à la date d'introduction de l'instance de séparation de corps ou de divorce. Appelé à se prononcer alors qu'il y a une différence de plus de cinq ans sur la date à retenir pour le partage, le juge de la Cour supérieure conclut qu'il ne peut y avoir de motif pour déroger au partage égal ou pour le faire à une autre date que celle du commencement des procédures, soit en mars 2006.

Pour en savoir plus sur la célébration de l'union civile.
Cliquez ici

Monsieur, insatisfait du jugement, s'adresse à la Cour d'appel* et demande au tribunal, comme le permet le Code civil du Québec, que la valeur nette du patrimoine soit établie « à la date de cessation de la vie commune des parties soit le 31 décembre 1999 ».

S'appuyant sur une déclaration de Madame dans sa demande de divorce, à l'effet qu'il y a eu échec du mariage et qu'ils vivent séparés depuis le 31 décembre 1999, la Cour d'appel déclare que « compte tenu de la cessation de la vie commune le 31 décembre 1999, il y a lieu de faire rétroagir à cette date le partage du patrimoine familial ».

Comme le disait un proverbe chinois : « Le divorce [et le partage du patrimoine familial] est un poignard à deux lames, il faut se blesser d'un côté pour l'enfoncer de l'autre ».

*C.A. Montréal 500-09-017190-067

François Forget, notaire et conseiller juridique ainsi que toute l'équipe Notaire-Direct, sont à votre service pour assurer la préparation de vos documents légaux et répondre à toutes vos questions juridiques.
« Bien que nos renseignements soient faux, nous ne vous les garantissons pas. » Alphonse Allais
Me François Forget - 19 février 2013
« Il y a des choses que l'on peut dire aux autres, et d'autres qu'on ne peut dire qu'à soi-même.»
Ici, le harcèlement, c'est non!
L'équipe ScriptaLegal - 6 mars 2018
Dans la foulée des dénonciations effectuées au cours des derniers mois concernant différents comportements jugés...
« Garder le silence pour ne pas dire la vérité » L. O. Blier
Me François Forget - 27 mai 2009
Lors de la vente d'un immeuble, tout vendeur ne doit pas seulement se limiter à connaître tout ce qu'il dit,...

Ce navigateur ne supporte pas ce type de fichier. Veuillez télécharger le fichier pour l'afficher: Télécharger le fichier